L’éducation et la formation – des missions incontournables

Quelle est la place de l’éducation dans la vie communautaire ? Qui doit s’en charger ? Quel rapport avec Dieu ? Saint Jean-Paul II répond.

« S’agissant d’un devoir fondé sur la vocation première des conjoints à coopérer à l’œuvre créatrice de Dieu, à eux revient le droit d’éduquer leurs propres enfants. Vu son origine, il s’agit d’un devoir – droit premier en comparaison de la tâche éducative des autres ; irremplaçable et inaliénable, c’est-à-dire qui ne peut être totalement délégué aux autres ni que d’autres peuvent usurper. Il ne fait aucun doute que, dans le domaine de l’éducation, aux pouvoirs publics incombent des droits et des devoirs, étant donné qu’ils doivent servir le bien commun. Toutefois, ils ne peuvent pas se substituer aux parents, parce que sa mission est de les aider, afin qu’ils puissent accomplir leur droit – devoir d’éduquer leurs enfants en accord avec leurs convictions morales et religieuses. Les pouvoirs publics ont dans ce domaine un rôle subsidiaire et ils ne renoncent pas à leurs propres droits quand ils se considèrent au service des parents ; au contraire, c’est justement leur grandeur : défendre et promouvoir le libre exercice des droits de l’éducation. » (Homélie, 02.11.1982)

« C’est surtout par l’éducation des enfants que la famille remplit sa mission d’annoncer l’Évangile de la vie. Par la parole et par l’exemple, dans les rapports et les choix quotidiens, et par leurs gestes et leurs signes concrets, les parents initient leurs enfants à la liberté authentique qui s’exerce dans le don total de soi et ils cultivent en eux le respect d’autrui, le sens de la justice, l’accueil bienveillant, le dialogue, le service généreux, la solidarité et toutes les autres valeurs qui aident à vivre la vie comme un don. L’action éducative des parents chrétiens doit servir la foi des enfants et les aider à répondre à la vocation qu’ils reçoivent de Dieu. Il entre aussi dans la mission éducative des parents d’enseigner à leurs enfants le vrai sens de la souffrance et de la mort, et d’en témoigner auprès d’eux : ils le pourront s’ils savent être attentifs à toutes les souffrances qu’ils rencontrent autour d’eux et, avant tout, s’ils savent, dans leur milieu familial, se montrer concrètement proches des malades et des personnes âgées, les assister et partager avec eux. » (Encyclique Evangelium Vitae, 25.03.1995)

« Science et technique ont fait et continuent de faire des avancées remarquables qui contribuent à l’amélioration des conditions matérielles de l’existence. Pourtant ces progrès n’ont pas nécessairement engendré une plus grande valorisation de la personne humaine. Il nous faut bien constater – trop souvent du moins – que la formation authentique de l’esprit et du cœur laisse à désirer, alors qu’elle est une exigence prioritaire et irremplaçable dans l’édification d’une société saine, équilibrée, paisible, heureuse. » (Discours, 05.11.1985)


Références :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr.html pour citations de discours, homélies, audiences générales, messages, lettres, encycliques

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Sanctifier toutes les activités par ses talents et sa créativité.