La famille – le pilier de la société

Pourquoi la famille est-elle le fondement de la société ? Que peut-elle apporter à l’individu et à la société ? Saint Jean-Paul II répond.

« Puisque “le Créateur a fait de la communauté conjugale l’origine et le fondement de la société humaine”, la famille est devenue la “cellule première et vitale de la société” (cf Concile Vatican II, Apostolicam actuositatem). La famille a des liens organiques et vitaux avec la société parce qu’elle en constitue le fondement et qu’elle la sustente sans cesse en réalisant son service de la vie : c’est au sein de la famille en effet que naissent les citoyens et dans la famille qu’ils font le premier apprentissage des vertus sociales, qui sont pour la société l’âme de sa vie et de son développement. » (Exhortation apostolique Familiaris Consortio, 22.11.1981)

« La famille est la première école, l’école fondamentale de la vie sociale ; comme communauté d’amour, elle trouve dans le don de soi la loi qui la guide et la fait croître. Le don de soi qui anime les époux entre eux se présente comme le modèle et la norme de celui qui doit se réaliser dans les rapports entre frères et sœurs, et entre les diverses générations qui partagent la vie familiale. » (Exhortation apostolique Familiaris Consortio, 22.11.1981)

« (…) la famille, qui selon le dessein de Dieu est la cellule de base de la société, sujet de droits et de devoirs antérieurs à ceux de l’Etat et de n’importe quelle autre communauté, se trouve être la victime de la société, des lenteurs et des retards de ses interventions et plus encore de ses injustices flagrantes. » (Exhortation apostolique Familiaris Consortio, 22.11.1981)

« Pour dépasser la mentalité individualiste répandue aujourd’hui, il faut un engagement concret de solidarité et de charité qui commence à l’intérieur de la famille par le soutien mutuel des époux, puis s’exerce par la prise en charge des générations les unes par les autres. (…) Cependant, il arrive que, lorsque la famille décide de répondre pleinement à sa vocation, elle se trouve privée de l’appui nécessaire de la part de l’Etat, et elle ne dispose pas de ressources suffisantes. Il est urgent de promouvoir non seulement des politiques de la famille, mais aussi des politiques sociales qui aient comme principal objectif la famille elle-même (…). » (Encyclique Centesimus Annus, 01.05.1991)

« C’est précisément la valorisation du rôle social de la famille et des autres sociétés intermédiaires qui peut présenter des critères sains pour une réforme de l’Etat social sans en compromettre les bienfaits et, en même temps, aider à surmonter l’aliénation contemporaine en aménageant des milieux de vie plus humains. Car on trouve vraiment ses raisons de vivre dans l’expérience de l’amour interpersonnel authentique dans la famille puis dans les différentes communautés entre lesquelles s’organise la société. » (Discours, 23.11.1991)


Références :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr.html pour citations de discours, homélies, audiences générales, messages, lettres, encycliques

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Sanctifier toutes les activités par ses talents et sa créativité.