La sexualité – fonction pas seulement naturelle mais surnaturelle

Pourquoi Dieu ne veut pas que nous fassions tout ce que nous voulons de notre corps ? Ne nous appartient-il pas ? Saint Jean-Paul II répond.

« L’Eglise sert l’homme en refusant les manipulations affectant la corporéité, qui en altèrent la signification humaine, et elle lui montre la voie de l’amour véritable, sur laquelle seule il peut trouver le vrai amour. » (Encyclique Veritatis Splendor, 06.08.1993)

« Dans la société actuelle on relève tant de tendances qui sèment la confusion et tant de relâchement en ce qui concerne la vision chrétienne de la sexualité (…). Les règles morales ne militent pas contre la liberté de la personne ou du couple ; au contraire, elles existent précisément pour cette liberté car elles ont été données pour garantir l’usage correct de la liberté. » (Homélie, 03.10.1979)

« Puisque l’homme est un esprit incarné, c’est-à-dire une âme qui s’exprime dans un corps et un corps animé par un esprit immortel, il est appelé à l’amour dans sa totalité unifiée. L’amour embrasse aussi le corps humain et le corps est rendu participant de l’amour spirituel. » (Exhortation apostolique Familiaris Consortio, 22.11.1981)

« N’écoutez pas ceux qui vous disent que la chasteté est démodée. Dans vos cœurs, vous savez que l’amour véritable est un don de Dieu et qu’il respecte son dessein sur l’union de l’homme et de la femme dans le mariage. » (Discours, 26.01.1999)

« Face à une culture qui accorde trop d’importance à l’aspect physique de la relation entre homme et femme, l’Eglise continue à défendre et à promouvoir la valeur de la sexualité comme un élément qui touche chaque aspect de la personne et qui doit donc être vécu selon une attitude intérieure de liberté et de respect réciproque, à la lumière du dessein originel de Dieu. Dans cette perspective, la personne se découvre être à la fois la destinataire d’un don et appelée à devenir, à son tour, un don pour l’autre. » (Discours, 08.07.2002)

« Selon la vision chrétienne, la chasteté ne signifie absolument pas refus ou mésestime de la sexualité humaine, mais plutôt une énergie spirituelle sachant défendre l’amour des périls de l’égoïsme et de l’agressivité, en le conduisant vers sa pleine réalisation. » (Exhortation apostolique Familiaris Consortio, 22.11.1981)


Références :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr.html pour citations de discours, homélies, audiences générales, messages, lettres, encycliques

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Sanctifier toutes les activités par ses talents et sa créativité.