L’amour et la charité – des raisons de vivre

Dieu nous a créés par Amour. Il nous demande de nous aimer entre nous, comme Lui nous en donne l’exemple, en nous aimant encore et toujours, maintenant aussi.

« Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance : en l’appelant à l’existence par amour, il l’a appelé en même temps à l’amour. Dieu est amour et il vit en lui-même un mystère de communion personnelle d’amour. En créant l’humanité de l’homme et de la femme à son image et en la conservant continuellement dans l’être, Dieu inscrit en elle la vocation, et donc la capacité et la responsabilité correspondantes, à l’amour et à la communion. L’amour est donc la vocation fondamentale et innée de tout être humain. » (Exhortation apostolique Familiaris Consortio, 22.11.1981)

« L’homme ne peut vivre sans amour. Il demeure pour lui-même un être incompréhensible, sa vie est privée de sens s’il ne reçoit pas la révélation de l’amour, s’il ne rencontre pas l’amour, s’il n’en fait pas l’expérience et s’il ne le fait pas sien, s’il n’y participe pas fortement. C’est pourquoi, (…) le Christ Rédempteur révèle pleinement l’homme à lui-même. Telle est, si l’on peut s’exprimer ainsi, la dimension humaine du mystère de la Rédemption. Dans cette dimension, l’homme retrouve la grandeur, la dignité et la valeur propre de son humanité. » (Encyclique Redemptor Hominis, 04.03.1979)

« “As-tu quelque chose sans l’avoir reçu ?”, demande saint Paul (1 Co 4, 7). Aimer ses frères, se consacrer à eux, est une exigence qui découle de cette conscience. Plus ils en ont besoin, plus le devoir de les servir devient urgent pour le croyant. Dieu ne permet-il pas qu’il y ait des situations de besoin pour qu’en allant à la rencontre des autres nous apprenions à nous défaire de notre égoïsme et à vivre de l’authentique amour évangélique ? (…) Le monde estime les rapports avec les autres selon l’intérêt et l’avantage de chacun, suscitant ainsi une vision égocentrique de l’existence dans laquelle, trop souvent, les pauvres et les faibles n’ont pas leur place. C’est au contraire chaque personne, même la moins douée, qui doit être accueillie et aimée pour elle-même, par-delà ses qualités et ses défauts. Plus elle est en difficulté, plus elle doit justement être l’objet de notre amour concret. C’est de cet amour que l’Église témoigne, à travers les innombrables institutions qui prennent en charge les malades, les marginaux, les pauvres et les exploités. De cette façon, les chrétiens deviennent les apôtres de l’espérance et les bâtisseurs de la civilisation de l’amour. » (Message pour le Carême 2002)

« La contemplation de la Trinité conduit l’homme à vivre dans l’amour et l’ouvre à la charité. Saint Matthieu nous rappelle le lien profond entre la prière et l’aumône. La prière dilate le cœur et rend attentif aux hommes ; en développant la fraternité, le partage nous permet de prendre conscience que nous sommes fils d’un même Père (Mt 6, 1-15). Aussi, est-ce en puisant à la source de l’amour que nous pourrons aimer vraiment (Centesimus annus, n. 25). » (Discours, 18.04.1997)

« Tel est le style du disciple : il va au-devant des attentes et des besoins du prochain en difficulté. Mais le but fondamental de sa mission reste l’annonce du Christ et de son Évangile. Il sait que l’annonce de Jésus est le premier acte de charité envers l’homme, au-delà de tout geste de solidarité, même généreux. » (Message pour la Journée Mondiale des Migrants 2001)


Références :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr.html pour citations de discours, homélies, audiences générales, messages, lettres, encycliques

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Sanctifier toutes les activités par ses talents et sa créativité.