Le silence – le fil qui conduit à Dieu

Le silence n’est-il pas une perte de temps ? Est-ce qu’il correspond à faire le vide, à ne pas vouloir penser ? Saint Jean-Paul II répond.

« Plus que jamais l’homme d’aujourd’hui a besoin, pour ne pas s’égarer lui-même, de retrouver Dieu et de se retrouver en Dieu. Et cela n’est possible que lorsque le cœur se met à l’écoute du Seigneur dans le silence et dans la contemplation prolongée, c’est-à-dire dans la rencontre avec l’ “unique médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus lui-même” (1 Tm 2, 5). » (Discours, 08.09.2000)

« Les nombreuses occasions de relation et d’information qu’offre la société moderne risquent parfois de ne pas laisser de place au recueillement, jusqu’à rendre les personnes incapables de toute réflexion et de prière. En réalité, ce n’est que dans le silence que l’homme réussit à écouter au plus profond de sa conscience la voix de Dieu, qui le rend véritablement libre. » (Angélus, 11.07.2004)

« L’activité frénétique de la vie moderne, avec son inévitable stress, fait qu’il est indispensable pour les chrétiens de rechercher le silence de la prière et la contemplation comme conditions et en même temps comme manifestations d’une foi vivante. Lorsque Dieu n’est plus au centre de la vie humaine, la vie elle-même devient vide et perd son sens. » (Exhortation apostolique Ecclesia in Oceania, 22.11.2001)

« (…) ce monde a plus que jamais besoin d’intériorité. Tous les instants de la vie humaine semblent être désormais remplis par la recherche du rendement, par le divertissement, par le bruit des médias. Mais l’homme a besoin aussi de silence prolongé, de contemplation gratuite, de relation personnalisée. La prière satisfait de telles exigences selon leur dimension la plus profonde. Elle ouvre à l’Absolu, elle conduit à la charité. » (Discours, 22.01.1987)

« La proximité avec le Christ, dans le silence de la contemplation, n’éloigne pas de nos contemporains, mais, au contraire, elle nous rend attentifs et ouverts aux joies et aux détresses des hommes et elle élargit le cœur aux dimensions du monde. Elle nous rend solidaires de nos frères en humanité, particulièrement des plus petits, qui sont les bien aimés du Seigneur. Par l’adoration, le chrétien contribue mystérieusement à la transformation radicale du monde et à la germination de l’Évangile. Toute personne qui prie le Sauveur entraîne à sa suite le monde entier et l’élève vers Dieu. Ceux qui se tiennent devant le Seigneur remplissent donc un service éminent ; ils présentent au Christ tous ceux qui ne Le connaissent pas ou ceux qui sont loin de Lui ; ils veillent devant Lui, en leur nom. » (Lettre, 28.05.1996)


Références :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr.html pour citations de discours, homélies, audiences générales, messages, lettres, encycliques

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Sanctifier toutes les activités par ses talents et sa créativité.