L’Avent – une aventure incroyable

L’Avent avec Saint Jean-Paul II, à quoi ressemble-t-il ? Quel lien entre l’Avent et la Miséricorde divine ?

Chaque année, le temps de l’Avent revient, avec ses lumières, ses couleurs, ou plus sobrement. Il est un temps fort de l’Année liturgique. L’Avent avec Saint Jean-Paul II est bien sûr rythmé par la prière, la méditation, l’enseignement, et bien d’autres aspects encore. Voici une “anecdote” peut-être un peu oubliée.

Saint Jean-Paul II est très attaché à cette période et à ses dévotions populaires, qui sont pour lui de profondes manifestations de foi. Il tient d’ailleurs beaucoup à ce que ces manifestations externes soient le reflet d’une dévotion profonde, comme il l’a appris enfant.

D’ailleurs, il a pris une initiative pour l’Avent en 1982, comme le relate le Bureau de presse du Vatican : « Dès Noël 1982, à la demande expresse du Saint Père Jean-Paul II sera renouvelée, en souvenir de la Nativité du Sauveur, la pieuse représentation de la Crèche au pied de l’obélisque du Vatican et dans le splendide cadre de la Colonnade de Bernini. A la droite de la Crèche sera dressé un sapin de Noël, un sapin donné au Pape d’année en année par une région montagneuse d’Europe différente. (…)» (site du Vatican)

Certaines sources, dont celle du Vatican, attribuent une origine chrétienne au sapin de Noël. Le Bureau de presse du Vatican cite une des ces origines: « (…) Il semble qu’il soit à mettre en lien avec la fête d’Adam et Eve célébrée en Allemagne le 24 décembre. Il était considéré comme l’arbre du Paradis et des fruits symboliques pendaient à ses branches. Plus tard, à son sommet fut fixée une étoile.» (site du Vatican)

Le premier sapin à côté de la Crèche a donc été installé à la Place Saint Pierre pendant l’Avent 1982, puis annuellement.

Toutes ces images et ces décorations sont là pour nous ramener à l’essentiel: Jésus est venu parmi nous en tant qu’être humain, dans des conditions dépouillées, dans une humble famille, pour nous montrer à quel point Il nous aime. C’est là que l’Avent – cette aventure incroyable, ce temps béni d’attente et de préparation à la venue du Messie, a un lien direct avec la Miséricorde divine, le cœur de Dieu qui s’approche de la misère humaine, de toute forme de misère et de souffrance, dont la plus grande est de ne pas Le connaître, de vivre loin de Lui, sans Lui.

Laissons Saint Jean-Paul II nous inspirer avec quelques uns des ses propres mots:

« Le rappel le plus suggestif de la naissance du Seigneur, (…) provient de la crèche (…). La simplicité de la crèche contraste cependant avec l’image de Noël qui est parfois proposée avec insistance par les messages publicitaires. (…) » (Angélus, 22.12.2002, site du Vatican)

« (…) Le Dieu de l’Alliance s’est révélé dans l’histoire, et dans l’histoire de l’Église il célèbre son mystère de salut (…). Dieu est l’avenir de l’homme et du monde. Si l’humanité perd le sens de Dieu, elle se ferme à l’avenir et égare inévitablement la perspective de son pèlerinage dans le temps. Pourquoi naître, pourquoi mourir ? Pourquoi se sacrifier, pourquoi souffrir ? Le christianisme offre une réponse réconfortante à ces interrogations. C’est pourquoi le Christ est l’espérance de l’humanité. C’est Lui le sens véritable de notre présent, car il est notre avenir sûr. L’Avent nous rappelle qu’Il est venu, mais également qu’Il viendra. Et la vie des croyants est une attente permanente et vigilante de sa venue. (…) » (Angélus, 01.12.2002, site du Vatican)

Saint Jean-Paul II poursuit, nous expliquant comment passer le temps de cette attente, qui est importante durant l’Avent, mais se poursuit durant toute la vie du chrétien:

« (…) L’invitation à veiller et à attendre est (…) soulignée avec insistance par saint Marc, qui, au cours de toute la nouvelle année liturgique, nous guidera à la découverte du mystère du Christ. Dans le passage (…) tiré du deuxième des grands discours de Jésus, l’Évangéliste met en évidence le sens ultime de l’histoire et de la création elle-même et il nous exhorte à faire de toute notre existence une recherche incessante du Christ. De la rencontre avec Lui, et de la contemplation de son visage, naît cette vigueur missionnaire qui nous fait sortir de la grisaille quotidienne pour être ses témoins courageux. Marie, aurore lumineuse et guide sûr de nos pas, nous accompagne sur ce chemin de conversion et d’engagement apostolique. Elle le fait de façon particulière en nous invitant à contempler les mystères joyeux du Rosaire. (…) » (Angélus, 01.12.2002, site du Vatican)

« (…) Demandons à présent à la Vierge Immaculée d’aider tous les chrétiens à être des disciples authentiques du Christ, afin qu’en eux, la foi soit toujours plus pure, l’espérance plus solide et la charité plus généreuse.» (Angélus, 08.12.2002, site du Vatican)

A notre tour d’être des témoins de la Miséricorde divine pour chaque personne, selon nos possibilités et nos talents, en ce temps béni de l’Avent!

Références :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr.html pour citations de discours, homélies, audiences générales, messages, lettres, encycliques (traductions de l’italien quand texte indisponible en français)

Partager ce post

Sanctifier toutes les activités par ses talents et sa créativité.