La Sainte Famille – modèle pour la société

Saint Jean-Paul II est bien connu pour avoir une très grande dévotion pour la Sainte Famille. Pourquoi avait-il cette dévotion si intense ?

Saint Jean-Paul II a une très grande dévotion pour la Sainte Famille, alors que lui a perdu toute sa famille très jeune : sa mère quand il avait 8 ans, son grand frère à 12 ans et son père au début de la deuxième guerre mondiale à 20 ans. Sa famille lui avait transmis la foi et lui avait appris à prier, à vivre la vie chrétienne, à avoir et défendre les valeurs qui y sont liées.

Sa dévotion à la Sainte Famille vient de l’enseignement reçu chez lui, enseignement qu’il a ensuite approfondi personnellement. Il définit « (…) la Sainte Famille de Nazareth, modèle admirable de vertus humaines et surnaturelles pour toutes les familles chrétiennes. (…) » (Angélus, 29.12.2002, site du Vatican). Il ajoute « (…) Nous méditons sur le mystère de cette famille particulière, à laquelle nous pouvons puiser des valeurs et des enseignements qui, aujourd’hui plus que jamais, sont indispensables pour donner des fondements solides et stables à la société humaine. (…) » (Angélus, 29.12.2002, site du Vatican)

La Sainte Famille a vécu dans des conditions très modestes, du dénuement lors de la naissance de Jésus à Bethléem à une vie très simple à Nazareth, sans statut social élevé, Saint Joseph étant charpentier. Dès la naissance de Jésus, ils ont vécu bien des péripéties, seulement quand on pense à la fuite en Égypte pour protéger Jésus du massacre des innocents, tous les bébés garçons premiers nés, et à la perte de Jésus au Temple, quand il parlait aux docteurs de la Loi. La Sainte Vierge et Saint Joseph l’ont cherché pendant trois jours. Ils sont restés soudés dans ces épreuves et ont tout fait pour protéger et comprendre Jésus.

Ces faits sont un appui aux paroles de Saint Jean-Paul II : «  (…) Chaque famille chrétienne est appelée à offrir “un exemple convaincant de la possibilité d’un mariage vécu de manière pleinement conforme au dessein de Dieu et aux vraies exigences de la personne humaine, de la personne des conjoints et surtout de celle, plus fragile, des enfants” (Novo millennio ineunte, n. 47). Une famille unie, qui avance en suivant ces principes, surmonte plus facilement les épreuves et les difficultés qu’elle rencontre sur son chemin. (…) » (Angélus, 29.12.2002, site du Vatican)

Pour Saint Jean-Paul II, ce modèle de la Sainte Famille est une aide pour les familles d’aujourd’hui, ainsi qu’un témoignage à rendre de ce que Dieu attend des familles, vu que c’est Lui qui a donné ce modèle : « (…) l’Église contemple aujourd’hui la Sainte Famille. A l’école de Nazareth, chaque famille apprend à être un foyer d’amour, d’unité et d’ouverture à la vie. À notre époque, une mauvaise compréhension du sens des droits vient parfois troubler la nature même de l’institution familiale et du lien conjugal. Il faut qu’à tous les niveaux se conjuguent les efforts de ceux qui croient à l’importance de la famille fondée sur le mariage. Il s’agit d’une réalité humaine et divine qui doit être défendue et promue en tant que bien fondamental de la société. (…) » (Angélus, 28.12.2003, site du Vatican)

« (…) Avec une prière fervente je demande au Seigneur que tous les parents chrétiens soient conscients de leur tâche incontournable, tant à l’égard des enfants que de la société. On attend d’eux un témoignage évangélique véritable et efficace. (…) » (Angélus, 28.12.2003, site du Vatican)

« (…) La famille, dans le dessein de Dieu pour l’humanité et pour l’Église, est le thème de cette célébration (…). Le Fils de Dieu, en se faisant homme, donne naissance à cette famille spéciale que l’Église vénère comme la Sainte Famille de Nazareth : Jésus, Marie, Joseph. (…) “La famille est l’Église domestique”. La signification de cette idée chrétienne traditionnelle est que la maison est l’Église en miniature. L’Église est le Sacrement de l’amour de Dieu. C’est une communion de foi et de vie. Elle est mère et éducatrice. Elle est au service de toute la famille humaine dans son chemin vers sa destinée finale. En même temps, la famille est une communauté de vie et d’amour. Elle éduque et guide ses membres vers leur pleine maturité humaine et elle est au service du bien de tous sur le chemin de la vie. La famille est la “première et vitale cellule de la société” (Apostolicam Actuositatem). Le futur du monde et de l’Église passe donc à travers la famille. Ce n’est donc pas surprenant que l’Église, ces derniers temps, ait prêté beaucoup de soin et d’attention aux problèmes qui regardent la vie de famille et le mariage. (…) » (Homélie, 30.11.1986, site du Vatican)

« (…) Les transformations économiques, sociales et culturelles qui se produisent dans le monde ont un grand effet sur la manière dont les gens considèrent le mariage et la famille. (…) Selon comment va la famille, ainsi va la nation, et ainsi va le monde entier dans lequel nous vivons. En ce qui concerne la famille, la société a un urgent besoin de “récupérer de la part de tous la conscience de la primauté des valeurs morales, qui sont les valeurs de la personne humaine en tant que telle”, et aussi de la compréhension nouvelle du sens ultime de la vie et de ses valeurs fondamentales” (Familiaris Consortio, n. 8). (…) » (Homélie, 30.11.1986, site du Vatican)

« (…) L’Église se tourne vers toutes les familles : en premier lieu aux familles chrétiennes qui s’efforcent d’être toujours plus fidèles au plan de Dieu. Elle essaie de les fortifier et de les accompagner dans leur développement. Mais elle se tourne aussi, avec la compassion du cœur de Jésus, vers les familles qui sont en difficultés ou en situations irrégulières. L’Église ne peut pas dire que ce qui est mauvais est bon, ni elle ne peut dire qu’est valide ce qui ne l’est pas. Elle ne peut cesser de proclamer l’enseignement du Christ, même quand cet enseignement est difficile à accepter. Elle sait aussi qu’elle a été envoyée pour guérir, réconcilier, rappeler à la conversion, trouver ce qui était perdu (cf. Lc 15, 6). C’est pourquoi c’est avec un amour immense et avec patience que l’Eglise essaie d’aider ceux qui éprouvent des difficultés à répondre aux exigences de l’amour conjugal chrétien et de la vie de famille. (…) » (Homélie, 30.11.1986, site du Vatican)

« (…)  Ne laissez pas que les valeurs précieuses de l’amour conjugal fidèle et de la vie de famille vous soient enlevés. Ne les refusez pas, ou ne pensez pas qu’il y ait quelque autre proposition meilleure pour le bonheur et la réalisation humaine. (…) » (Homélie, 30.11.1986, site du Vatican)

«  (…) c’est le Christ (…)  qui a confié l’homme à l’Église, qui l’a confié comme “route” de sa mission et de son ministère. (…) Parmi ces nombreuses routes, la famille est la première et la plus importante : c’est une route commune, tout en étant particulière, absolument unique, comme tout homme est unique ; une route dont l’être humain ne peut s’écarter. En effet, il vient au monde normalement à l’intérieur d’une famille ; on peut donc dire qu’il doit à cette famille le fait même d’exister comme homme. Quand la famille manque, il se crée dans la personne qui vient au monde une carence préoccupante et douloureuse, qui pèsera par la suite sur toute sa vie. L’Église se penche avec une affectueuse sollicitude vers ceux qui vivent une telle situation, car elle connaît bien le rôle fondamental que la famille est appelée à remplir. (…) La famille a son origine dans l’amour même du Créateur pour le monde créé, comme il est déjà dit “au commencement”, dans le Livre de la Genèse (1, 1). Dans l’Évangile, Jésus le confirme pleinement : “Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique” (Jn 3, 16). Le Fils unique, consubstantiel au Père, “Dieu, né de Dieu, Lumière née de la Lumière”, est entré dans l’histoire des hommes par la famille (…). » (Lettre de Jean-Paul II aux familles, 02.02.1994, site du Vatican)

La Sainte Famille a vécu à une époque où déjà ces valeurs étaient piétinées, méprisées ou prises en dérision, rien que si on pense à Hérode qui s’était mis en couple avec sa belle-sœur, à la femme adultère, à l’enfant prodigue qui est d’abord parti et a dilapidé les biens reçus de son père, et à bien d’autres passages des Évangiles. Mais la Sainte Famille, cette famille exemplaire, a tenu bon au milieu du monde tumultueux dans lequel elle vivait.

Saint Jean-Paul II souhaite que les familles se rendent compte qu’elles peuvent compter sur l’exemple et l’intercession de la Sainte Famille pour les guider et les soutenir : « (…) Comme je voudrais que la sérénité, la concorde et l’amour de la maison de Nazareth ne fassent jamais défaut dans les familles d’aujourd’hui ! (…) Nous confions aujourd’hui à la Sainte Famille de Nazareth les familles du monde entier, en particulier les plus éprouvées par la souffrance ou les difficultés. (…) » (Angélus, 29.12.2002, site du Vatican)

«  (…) Puisse la Sainte Famille, icône et modèle de toute famille humaine, aider chacun à cheminer dans l’esprit de Nazareth ; puisse-t-elle aider chaque famille à approfondir sa mission dans la société et dans l’Église par l’écoute de la Parole de Dieu, par la prière et le partage fraternel de la vie ! Que Marie, Mère du bel amour, et Joseph, Gardien du Rédempteur, nous accompagnent tous de leur incessante protection ! C’est dans ces sentiments que je bénis chaque famille au nom de la Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit. (…) » (Lettre de Jean-Paul II aux familles, 02.02.1994, site du Vatican)


Et nous, comment voyons-nous la famille ? Son rôle dans la société ? Quel lien entretenons-nous avec notre famille ? Et si elle n’est pas un modèle, au moins prions-nous pour elle voire avec elle ? Demandons à Dieu de nous accorder Sa Miséricorde Divine pour comprendre et défendre la famille comme Il l’a voulue et pour vivre nos vies en famille et en société en étant miséricordieux entre nous ! Que la Sainte Famille nous prenne sous son aile !


Références :
https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr.html pour citations de discours, homélies, audiences générales, messages, lettres, encycliques (traductions de l’italien quand texte indisponible en français)

Partager ce post

Sanctifier toutes les activités par ses talents et sa créativité.